From Address:

CAPITELLE - Ricard B Françoise Moyen
Dossier Presse Festival 2009
 du PNR


Les capitelles sont des petites constructions réalisées en pierres sèches. Se sont des merveilles de réalisations à ne pas manquer.
Vous trouverez également durant vos balades et randonnées de nombreux murets en pierres sèches.

Crédit photo : Françoise RICARD-BRENAC

 

Les capitelles de La Palme servaient d’abris aux ouvriers de la carrière. Trois capitelles en très bon état subsistent encore sur le terrain au dessus de « La Valentine », après le deuxième lavoir, près de l'actuelle carrière "Lavoye" en activité.

Depuis ce site dans la guarrigue vous avez une vue imprenable sur :Les Capitelles des Carriers LA PALME IMG 4733 G. Romero REdim

l'étang,
le salin de La Palme,
la plage du Rouet et
la méditerranée.

 

Attention ! Ne touchez pas aux pierres de ces constructions, celles-ci pourraient s'effondrer. 

Crédit photo : Gérard ROMERO

 

Les capitelles (parcelles n° 678 à 681, section A du cadastre) ont été inscrit le 30 mai 1973 sur l’inventaire des sites pittoresques du département de l’Aude des Monuments historiques.

 

Extrait du livre "PANORAMA DES SITES PATRIMONIAUX DU PNR DE LA NARBONNAISE EN MEDITERRANEE" écrit par Marc Pala en 2009 :
Dans la première moitié du XXe siècle, des carriers vivaient encore sur la frange sud de la Garrigue Haute, face aux salines et à la mer. Ils exploitaient le marbre dans les calcaires bréchiques des falaises et la « pierre bleue » depuis les hauteurs de La Palme jusque sur les flancs du col de Marcou près de Port-LaNouvelle.

...

Au pied de ces garrigues extrêmement fissurées, les eaux qui circulent sous le massif émergent, par endroits, abondamment, dans les zones marécageuses. Ces ressources en eau ont favorisé l'installation des hommes depuis environ cinquante mille ans : abri sous roche occupé au moustérien, épée « gauloise » en bronze, baignoires en plomb de « bains » romains.. 

...

Ces carriers pratiquaient une semi-autarcie, ils étaient tous plus ou moins polyvalents; agriculteurs, ils cultivaient la vigne, l'olivier, l'amandier et le figuier sur des terrasses délimitées par les débris de la taille et entretenaient amoureusement des jardins en fond de combe ou près des habitations; bergers, leurs femmes ou leurs enfants conduisaient de petits troupeaux de chèvres et quelques moutons pour la viande et le lait. D'où la densité et la surface de tous ces aménagements lithiques en marge de leur exploitation principale : soles, faysses, enclos, corrals... gagnés sur la garrigue et consciencieusement épierrés

 

Plus d'infos sur les capitelles avec le site wikipedia : cliquez ici


N’hésitez pas à aller parcourir la garrigue pour découvrir ce patrimoine rural encore préservé à La Palme !