La croix de St VincentLe village de pêcheur disparu " Glabanel ", existait au moyen-âge, à la même époque que le village qui entourait la Chapelle Saint Pancrace, et bien sûr, de l’actuel village autour de l’église Saint Jean. A La Palme, subsistaient donc 3 villages qui appartenaient au Seigneur d’Auriac, dont le plus pauvre était celui de Glabanel. L’église de ce village de pêcheur se situait à l’emplacement de la croix de Saint Vincent, visible de nos jours sur le chemin du même nom. Des fouilles ont fait découvrir le cimetière à droite de cette croix sur le terrain juxtaposé appartenant à Mr Gil.

En remontant de la croix sur la colline en longeant la crète, il est facile de retrouver bon nombres de vestiges de cet ancien village dans la garrigue jusqu'au chemin "Les Courtals d'Abal". Nous concevons qu’en ces temps, la digue du chemin de fer ainsi que la route n’existaient pas, alors le rivage méditerranéen s’approchait d’avantage de cette zone, permettant aux villageois de Glabanel de pratiquer la pêche en mer aisément. Ce village à disparu au XIIe ou XIIIe siècle en même temps que celui autour de la Chapelle Saint Pancrace.

Le grand Lavoir de La Palme se trouve à proximité du chemin "Les Courtals d'Abal".


Extrait du livre L’Elh de la Pounso ou Le Gouffre du Diable écrit par le Docteur Charles Pélissier au début du XXe siècle, en langue d’oc mélangée de patois local. Traduit par Désiré Pech qui est aussi l’auteur de son illustration :


En ce temps là le ruisseau de St Vincent partageait, du Cers au Marin (*1) la Chapellenie de St Jean l’Evangéliste (vocable d’alors) et le noble domaine de Glabanel.
On voyait près du ruisseau, une toute petite église dédiée à St Vincent avec, du côté du levant (*2) son cimetière. Un peu plus loin, sur le travers de la « Colline de l’Homme » le village de Glabanel s’étirait au soleil, face à la mer. Il éparpillait ses quelques chaumières autour d’un petit manoir fortifié, à peine plus spacieux, où les seigneurs qui demeuraient le plus souvent dans leurs châteaux de St Pancrace et Roquefort, pouvaient venir se reposer quand ils chassaient…
La dernière génération d’anciens qui l’avait encore en mémoire a elle aussi disparu et ce domaine de Glabanel est devenu, depuis lors pour tout le monde, « Lous Courtals d’Abal » (*3).


(*1) Vent du sud-est qui souffle de la Méditerranée vers le Languedoc. « Du Cers au Marin » : du nord au sud.
(*2) Levant : synonyme d’orient.
(*3) Les bergeries d’aval, les bergeries d’en bas.


Le domaine de Glabanel appartenait déjà, et depuis fort longtemps aux seigneurs de St Pancrace.

From Address: To: